ROAD TRIP // Ouest US #7

Bon. Plus jamais je ne m’engage.

Plus jamais je ne m’engage à écrire des articles en plusieurs parties.
T’sais quand tu commences à le noter dans ta liste de choses à faire, c’est mauvais signe.

 

En plus c’est la période des anniversaires et des showers et j’ai l’impression de m’être transformée en illustratrice pour cartes de souhaits, je fais que ça.

 

« Oh comme je te plains, être obligée d’écrire des articles et de dessiner des cartes avec des renards dessus à longueur de journée ».

 

Bon ok, y’a pire. Mais je trouve même pas le temps de lire les Akira que j’ai emprunté à la bibliothèque il y’a de ça un mois.

Aujourd’hui je vais donc tenter – sous tes yeux ébahis – de terminer le récit de ce road trip.

 

OK donc, si mes souvenirs sont bons – attends je vérifie quand même – je m’étais arrêtée au départ de Cécile à L.A.

 

Donc une fois Cécile partie, j’étais un peu angoissée à l’idée d’avoir un nouveau copilote. Non pas que je n’avais pas confiance en Anthony, mais… Si en fait. Désolée mais en voiture, je n’ai confiance qu’en moi-même. Avec le temps, j’ai accepté Cécile dans mon cercle très fermé des bons conducteurs mais il faut travailler dur pour obtenir ce titre.

 

Bref, pour cette dernière semaine, on n’avait rien prévu de particulier, on savait qu’on remonterait la côte jusque S.F mais c’est tout.

 

Le lendemain, on décide donc de rester un peu à L.A et d’aller à Universal Studios.

 

Quelques bouchons sur la route et 2 entrées à 100000$ en poche, nous y voilà.

 

Le parc est vraiment sympa, les attractions arrivent à te foutre des sensations fortes juste avec de la 3D, c’est vraiment bien foutu. On fait la célèbre attraction de Jurassic Park  dans un bateau, avec les flammes et la grosse porte en bois. Bon les dinosaures ont – légèrement – mal vieilli. Mais c’est drôle. Tiens d’ailleurs, d’habitude les attractions en bateau, tu sais à la fin tu te fais toujours un peu arroser avec la descente en splash. Beh là, c’est la même chose sauf que t’as plus la sensation qu’on te balance un sceau d’eau au visage. Tu ressors vraiment trempé.

 

On croise plein de Minions – Qu’est ce que les gens ont avec ces personnages? – y’en a partout. On passe par le décor « français » bien cliché où un gars déguisé en gendarme de Saint-Tropez fait des enchainements de mots genre « Bonjour, comment allez-vous ? Baguette, fromage ! » puis on fait la visite des fameux studios en petit train. Ah c’est génial ! Tu vois des grands hangars avec des numéros, pis on te dit que derrière ces murs, une fameuse scène de King Kong y a été tournée. Mais toi, concrètement, tu vois juste un hangar en tole. Ca n’empêche pas les gens de prendre quand même des photos…

 

Puis notre tour de L.A s’achève. Direction…On ne sait pas trop où, on verra bien.

 

On remonte donc la côte et là, grosse surprise, c’est magnifique ! Je sais pas pourquoi, on s’attendait à voir de grosses stations balnéaires ultra bétonnées et surexploitées mais c’est tout l’inverse. Des immenses falaises, des forêts, des routes en lacets, de l’eau bleue (un beau bleu). Non sérieux, c’est vraiment beau. Anthony veut vivre ici.

Bon évidemment, comme on est début juillet, tous les campgrounds sont plein. On se trouve un petit bord de falaise où dormir, il y a un brouillard de fou. Genre, je crois m’éloigner à 500m du van pour faire pipi alors qu’en fait je suis juste à côté.

 

On prend donc notre temps, on se balade dans le coin. Ah au fait, ça s’appelle Big Sur, je te conseille vraiment d’y aller.

Attends, c’est bizarre j’ai l’impression d’avoir fait 2 nuits à Big Sur mais je ne vois pas où on aurait dormi la 2ème nuit.

 

Bon c’est pas grave, je vais enchainer. On remonte ensuite jusque Santa Cruz puis on retourne un peu plus dans les terres, on se trouve un petit campement dans une ville/village trop mignon, Boulder Creek, où on trouve un méga antiquaire fan de Hawaii. On se fait un BBQ de Dieu, avec burgers trop tiptopchanmax.

 

Puis comme on a un peu de temps avant de retourner à SF, on monte à Napa Valley.

 

Ca sent le sulfate – et l’argent -, je me sens comme à la maison. On goute leur soit-disant « champagne » , il est dégueu – évidemment -. Les noms de vignoble sont étrangement similaires à ceux de Champagne : Mumm Napa, Domaine Chandon, Charles Krug, Beringer…

(Oui je viens de Champagne et ça s’entend. Je fais partie des gens qui te corrigent quand tu dis que tu bois du champagne alors que c’est du mousseux)

Photo pour mon papa

 

On campe au Bothe Napa Valley State Park. – Je sais, généralement, les gens qui visitent Napa logent dans un hôtel de luxe –

Et oui, je l’avoue, le « champagne » on l’a gouté dans nos gobelets en plastique à coté du van en faisant une partie de frisbee. Mais ça n’empêche qu’il était quand même dégueulasse.

 

On se fait quand même un brunch de luxe dans un petit resto sympa. Au début on se sent un peu mal à l’aise. On sent le feu de bois, on n’est pas lavé, on a le cheveu gras. Je vais faire pipi dans les toilettes du resto, j’ai presque les larmes aux yeux tellement c’est propre et luxueux. Attends, y’a des serviettes en tissus chaudes pliées soigneusement, des bougies, du marbre. Oh rien que d’en parler, je suis encore émue.

Puis retour dans notre forêt,  je vois le mot « cascades » sur la map. Hop, on part se faire un trail à la recherche de la cascade.

 

Bon. Il s’avère qu’on n’a visiblement pas la même définition du mot « cascade ».

 

C’est tout, on paiera 2$ pour se laver au campement. D’ailleurs avec Anthony on s’est crée un petit concours,  celui qui dépensera le moins de « coins » pour se laver. Mon record est de 1 minute et 30 sec incluant lavage de cheveux + jambes rasées. Ca t’épate hein ? On développe des dons incroyables en camping.

La photo « ark, c’est pas classe »

Puis ca y’est, c’est notre dernière soirée avec Stan. On le nettoie à fond. Enfin avec les moyens du bord.  On jette 3 sacs de déchets en tout genre.

 

Et départ pour San Francisco. Aaaah j’aime toujours autant cette ville. On rend Stan, les gars ne le checkent même pas. Moi j’avais l’intention de venter nos mérites en montrant qu’on en a pris soin, mais non quedal. Par contre ils sont épatés par le nombre de miles qu’on a parcouru en un mois. 4500.

 

C’es fou, on revient à SF, ça fait déjà un mois qu’on est parti. Retour à l’hostel. Toujours les bagels gratuits et la toilette avec le bouton qui fait à la fois chasse d’eau et robinet.

Célèbre technique pour monter les collines de SF

On plaisante pas avec les bougainvilliers à SF

On se balade dans Haight/Ashbury, vraiment vraiment cool. Anthony est ému de croiser la boutique Super7, boutique de toys et surtout de Kaiju, les pires toys au monde. Je m’achète enfin un tshirt tie dye. On se fait le musée de la BD, forcément. Avec une expo spéciale sur les TMNT, je vois pour la première fois la face de Shredder.

 

J’pense que je l’ai pas encore assez répété mais…J’aime beaucoup cette ville.

 

Une dernière bière puis ca y’est, départ pour l’aéroport. Retour à MTL. Bon j’aime tout autant Montréal, je l’avoue !

 

Sinon, voici quelques petites phrases qui ont rythmé notre séjour :

 

– « Vous êtes français ? Oh j’adore Paris ! » ou la variante « Vous êtes français? Oh mon fils/une amie d’un ami / le neveu de ma cousine éloignée/ a visité Paris!  »

– « OMG, tu ne mets pas de crème solaire?! »  – Ouais, je prenais coups de soleil sur coups de soleil, je n’avais aucun répit.

– « Votre van est vraiment cool » – Puis on enchainait avec une petite visite et une démonstration.

– « Bonjour, on cherche du gel douche biodégradable » – On en a chié pour en trouver.

 

Donc voilà, c’est terminé, je t’ai conté – en détail – ce road trip. J’ai visité la ville dont je rêve depuis que je suis toute petite, j’ai vu des paysages de fous, que je n’aurais jamais imaginé voir un jour, j’ai appris à jouer au frisbee, j’ai eu chaud comme pas possible. Maintenant je veux juste repartir !

 

Hey mais,  je vais pouvoir retourner à une activité normale ? Je suis un peu perdue.

 

Merci de m’avoir lue.

 

Love.

 

 

Playlist écoutée pendant la rédaction de cette article :

– Boom Bip & DoseOne – Mannequin Hand Trapdoor

– Prefuse 73 – Choking you

Puis, j’ai reçu un texto me parlant de Buck 65.

J’ai donc terminé sur  :

– Buck 65 – Wicked and weird  et toute sa discog.

 

> Commentaires